Rechercher
  • David

Ce qui reste après eux

Il y a quelques jours, Sonia est rentrée en France, précédant de peu Antoine.

Aujourd'hui c'est au tour de Yannick de rentrer chez lui.

Chaque départ est toujours un moment d’émotion pour les deux parties, à savoir, ceux qui s’en vont et ceux qui restent.

La vie à Nitzana est une expérience qui marque et laisse des traces.

Alors oui, on est heureux de rentrer pour retrouver les siens, partager ce qui a été vécu ici, mais de quitter ce bout de désert ne se fait pas sans difficultés.


Sonia et Antoine seront restés 3 mois à Nitzana. Pour l’une c’est le cinquième séjour, pour l’autre le deuxième. Yannick dont c'était la première fois sera resté presque 4 semaines.

Quand on fait le bilan du travail effectué pendant ce laps de temps, il est impressionnant.

Que de plantations de buissons dans le vieux village, de nettoyage des abords, de tontes de pelouses, de ramassage de montagnes de branches d’arbres élagués…

Et Antoine qui chaque matin amenait les ânes, pas toujours coopérants, au parc de la piscine.

Et les visites (celle d’En Guédi laissera des souvenirs), les repas au parc ou dans la caravane, et tous ces moments que je ne peux citer faute de place et de temps…


Tout cela laisse des traces, c’est indiscutable.

Pour nous depuis 10 ans, les souvenirs s’accumulent. Pourtant, ce qui reste d’eux n’est pas simplement mémoire du passé.

L’oeuvre à Nitzana pour humble quelle soit est une construction.

Pour ceux qui passent, il est difficile de prendre la mesure de ce qu’ils apportent. Mais pour nous qui restons et qui voyons avec du recul, ce que laisse chaque volontaire est impressionnant. C’est une pierre écrite au nom de chacun, qui s’empile sur d’autres posées avant elles.

L’oeuvre à Nitzana est question de sérieux et de constance.

Certes, les gens de Nitzana se sont habitués à la présence des volontaires chrétiens de France (et parfois d’ailleurs). Et les questions si nombreuses au début, pour connaitre le pourquoi de leur présence ici, ont disparu. On s’habitue à tout, c’est humain. Mais, la régularité des rotations des volontaires, le sérieux et la qualité du travail, sont devenus aujourd’hui la vraie interrogation.

Nul besoin de contre maitre, de vérifier, nul besoin de commander, ou donner un programme. Les volontaires francophones ont carte blanche pour œuvrer.

Les tas de déchets végétaux (ramassés par un camion) s’empilent dans tous les coins du village, plus que partout ailleurs certainement.

Non seulement ce qui était, est entretenu et grandement amélioré, mais de nouveaux parterres, de nouveaux massifs, de nouvelles haies sont créés. Plus besoin d’investir dans l’outillage ou l’achat de plantes, les volontaires s’occupent de tout. (Cela peut paraître étonnant, pourtant c’est bien comme cela que nous avons choisi de fonctionner par volonté de témoignage…)

Et tout cela fonctionne grâce à la présence des volontaires qui depuis des années se transmettent le relai.


Aujourd'hui seule Monica reste, mais nous attendons déjà les prochains.

Le travail continue, à Nitzana il est sans fin...


Photo 1 : Monica et Yannick

Photo 2 : Sonia Antoine avec Laure et Pierre David, Naama et Eliora





0 vue
Visitez
Inscrivez-vous à notre liste d'e-mail, pour recevoir les notifications et les news letters
  • Facebook Social Icon
Consultez notre ancien blog
aufonddudesert.centerblog.net

Adresses 

En Israël : 

Halutza Nitzana

DN. 84901 Nitzana

En France (siège social) :

Israël Déouverte

Kermillard des bois

56 390 Brandivy

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com