Rechercher
  • David

Le parc biblique : la dernière ligne droite ?

Mis à jour : sept. 13

Malgré le confinement, il nous est possible de travailler. Nous sommes d'ailleurs presque les seuls à le faire sur le village, puisque presque tout est arrêté.

Dans ces temps absolument uniques, où nous sommes amenés, et même forcés, à nous replacer devant le Seigneur et devant nous même seul à seul, sans artifice, pour mesurer la profondeur et la réalité de notre engagement pour Dieu et l’œuvre de nos mains, il allait de soi que la réalisation du parc devait passer également au crible de l’essentiel.

Depuis 11 ans, nous avons accueilli plus de 350 volontaires à Nitzana, avec qui nous avons essayé outre le travail pour le village et pour le pays d'Israël, (mais avant tout pour Dieu), d'aborder le rôle du peuple d'Israël dans le plan éternel de Dieu, et la relation entre les chrétiens, la terre, le peuple juif et la parole de Dieu.

A côté de ce travail, le projet du parc biblique a éclot comme une petite fleur de printemps dans le désert. Il a grandi, a pris plus de place.

Son but établi dès le début est d'annoncer le signe du désert. Un signe annonciateur des temps messianiques.

Or, aujourd'hui, ce projet s'impose de plus en plus à nous, à notre esprit.

Il est évident qu'il est en soi complètement inutile. Comme tout ce que nous faisons en réalité.

Mais le désert est l'école absolue où l'on y apprend, l'inutile, le gratuit et le gaspillage.

Gaspillage ; notre temps, nos efforts, notre argent (comme une certaine personne avait gaspillé un parfum coûteux sur les pieds d'un certain personnage, au grand dam des disciples d'ailleurs). Inutiles ; nos projets et nos plans. Gratuits : nos efforts et notre travail. Purement une offrande, en quelque sorte.

Le seul désir est de faire don à Dieu de quelque chose de beau, de bonne odeur devant lui, un parfum de grand prix...

Un jardin au milieu du désert, une cathédrale de verdure et de fleurs là où tout est encore jaune..

Ce n'est qu'une petite chapelle ? Peu importe, elle sera belle, paisible, un jardin pour l'Esprit de Dieu...


Voilà donc établis et décris nos projets pour l'avenir. Sera-t-il court ? En fait je l'espère.

Mais heureux le serviteur que son maitre trouvera au travail quand il viendra.

On prête à Luther cette parole ; « Si l'on m'apprenait que la fin du monde est pour demain, je veux quand même planter aujourd’hui mon pommier. »

Prêt aujourd'hui, mais travaillant pour demain...

"Abraham planta un tamaris à Beer Shéva et il invoqua le nom de l'Eternel, Dieu d'éternité".


Après 7 années de travaux dans le parc, nous avons donc décidé que notre action devait maintenant se cristalliser d'avantage autour de ce projet pour le faire grandir et vivre.

Pratiquement, nous avons repenser la forme, et fait la synthèse d'éléments ajoutés les uns aux autres, par les opportunités de différentes périodes. Aujourd'hui, il faut rationaliser tout cela, et terminer au moins l'essentiel pour que le projet devienne véritablement viable, et digne d’intérêt pour le grand public, dans un avenir proche.






427 vues4 commentaires
Visitez
Inscrivez-vous à notre liste d'e-mail, pour recevoir les notifications et les news letters
  • Facebook Social Icon
Consultez notre ancien blog
aufonddudesert.centerblog.net

Adresses 

En Israël : 

Halutza Nitzana

DN. 84901 Nitzana

En France (siège social) :

Israël Déouverte

Kermillard des bois

56 390 Brandivy

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com